Quoi de neuf à l’Académie

Perspectives futures de la formation en ingénierie et impact de la pandémie

L’Académie canadienne du génie, en partenariat avec l’Université Western, organise un symposium sur les « Perspectives futures de la formation en génie et l’impact de la pandémie – défis et opportunités », le 15 juin 2021, dans le cadre d’une conférence internationale sur la formation en génie.

Alors que le monde traverse des changements sans précédent et des transformations rapides, la méthode de formation en ingénierie n’a pas beaucoup changé. Nous avons vu les développements de l’intelligence artificielle, du 5G et d’autres technologies, la nature de plus en plus interdisciplinaire de la profession d’ingénieur et l’utilisation d’outils de collaboration virtuelle hybrides. Il existe une opportunité pour des changements plus fondamentaux et révolutionnaires dans l’enseignement de l’ingénierie, et la pandémie actuelle semble avoir fourni le catalyseur pour accélérer ces changements.

Le symposium d’une demi-journée comprendra 3 tables rondes et présentations de 9 experts internationaux de la formation en ingénierie. Les perspectives futures de la formation en ingénierie et de l’impact de la pandémie seront discutées en prenant en considération les défis et les opportunités de la formation en ingénierie.

Cliquez ici pour voir l’ordre du jour.

Cliquez ici pour vous inscrire.

 

Webinaire Net-Zero – Nuclear Fission and Fusion : Élargir la voie vers Net-Zero

Le mardi 15 juin 2021, l’Académie canadienne du génie (ACG), en collaboration avec la Society of Petroleum Engineers (SPE), et la Petroleum Technology Alliance Canada (PTAC) organisera son troisième webinaire Net-Zero, intitulé Nuclear Fission and Fusion : Élargir la voie vers Net-Zero.

Le webinaire aura lieu de 10 h 00 à 12 h 00 HNR. Le webinaire de deux heures débutera avec des présentations par les conférenciers Ali Siddiqui, Axel Meisen et Philip Hildebrandt.

Axel discutera les défis et les opportunités de commercialisation des technologies de fusion et des applications pour atteindre l’objectif du net zéro d’ici 2050. Philip présentera son point de vue sur l’application des technologies nucléaires existantes et émergentes pour atteindre l’objectif du net zéro d’ici 2050. Étant donné que les petits réacteurs modulaires auront un coût par unité d’énergie plus élevé que les grands réacteurs nucléaires, Ali discutera de l’application des réacteurs modulaires pour atteindre l’objectif net zéro.

Après toutes les présentations, il y aura une table ronde animée par Soheil Asgarpour pour répondre aux questions du public. L’objectif de ce webinaire est de discuter du potentiel des technologies de fission et de fusion nucléaires pour fournir des solutions sécuritaires, propres, économiques et modernes pour faire partie de la voie pour atteindre l’objectif du net zéro d’ici 2050.

Inscrivez-vous ici.

Les présentateurs:

Axel Meisen, C.M., Ph.D., P.Eng, EurIng., FACG, FCIC, FIEI

Philip Hildebrandt

Ali Siddiqui

Modérateur:

Soheil Asgarpour, Ph.D, FACG, FCIM, FCSSE, P.Eng.

Concevoir l’avenir de l’automobile au Canada

Le 25 mars 2021 à 12 h, nous vous invitons à assister au webinaire interactif Concevoir l’avenir de l’automobile au Canada tenu par l’Académie canadienne du génie, un membre fondateur du Conseil des académies canadiennes.

Jeannette Montufar, FACG, associée fondatrice et PDG de MORR Transportation Consulting Ltd. et présidente du comité d’experts sur les véhicules autonomes et la mobilité partagée, présentera les découvertes du dernier rapport du CAC Concevoir l’avenir de l’automobile au Canada. Une discussion interactive suivra la présentation. Les experts du comité étudieront ensemble les effets potentiels des véhicules autonomes et de la mobilité partagée sur l’industrie, les communautés et la population canadiennes. Eric M. Meslin, Ph. D., MSRC, MACSS, président et chef de la direction du Conseil des académies canadiennes, mènera une séance de questions et réponses avant de clore le webinaire.

Concevoir l’avenir de l’automobile au Canada examine quelles incidences pourraient avoir les véhicules CASE sur l’industrie, la protection des renseignements personnels et la cybersécurité, l’urbanisme, l’environnement, ainsi que la sécurité et le bien-être des Canadiens. Il fournit un ensemble de constatations et de conclusions qui peuvent aider à façonner l’avenir de ces véhicules au Canada.

Ce webinaire est gratuit, mais il faut s’inscrire pour y assister. Il sera également enregistré et pourra être regardé dans les deux langues officielles après l’événement.

Inscrivez-vous maintenant.

Table ronde :

Jeanette Montufar, FACG
Partenaire fondatrice et présidente-directrice générale, MORR Transportation Consulting Ltd.

Sarah Wells, Ph. D.
Directrice générale, Association des transports du Canada (ATC)

Carole Wilson, FACG
Exécutive des ventes et de marketing d’automobile

Modérateur :

Eric M. Meslin, Ph. D., MSRC, MACSS
Président-directeur général du Conseil des académies canadiennes (CAC)

Séminaire de l’Académie canadienne du génie sur les océans

Le 23 mars 2021 à 12 h HAE, un séminaire virtuel sur le thème des émissions nettes nulles et de l’activité industrielle dans les océans du Canada sera organisé par l’Académie canadienne du génie et le Mois national du génie. Le séminaire durera 90 minutes et débutera par des présentations des conférenciers Dre Susan Molloy, Mme Kendra MacDonald, Dr Peter Noble et Dr Neil Bose. Après chaque présentation, le public aura l’occasion de poser des questions. Les présentations seront suivies d’une table ronde avec tous les conférenciers, qui sera animée par Mme Jennifer Williams.

L’accent du séminaire sera mis sur les activités industrielles dans les océans du Canada et les possibilités de travailler à des émissions de carbone nettes nulles. L’océan subit des impacts importants en raison du changement climatique et tous les secteurs de l’économie sont mis au défi afin d’atteindre des émissions nettes nulles de leurs opérations. Ce panel explorera les industries océaniques du point de vue de la réduction des émissions directes de carbone provenant des opérations, de la réduction des émissions de la chaîne d’approvisionnement et de la réduction des émissions de l’approvisionnement énergétique.

Inscrivez-vous en ligne ici

Table ronde :

Dre Susan Molloy, présidente, Glas Ocean Electric
Mme Kendra MacDonald, PDG, Ocean Supercluster
Dr. Peter Noble, FACG, Noble Associates Inc.
Dr. Neil Bose, FACG, Vice-President (Research), Memorial University

Modératrice :

Mme Jennifer Williams, FACG, présidente, Newfoundland and Labrador Hydro

Maintenir la prospérité économique du Canada tout en atteignant des émissions nettes nulles d’ici 2050

Joignez-nous pour le premier d’une série de webinaires sur la consommation énergétique nette zéro 

Maintenir la prospérité économique du Canada tout en atteignant des émissions nettes nulles d’ici 2050

Organisé par l’Académie canadienne du génie et en collaboration avec PTAC, nous vous invitons à vous joindre à nous pour le premier webinaire d’une série consacrée aux émissions nettes nulles. Des experts discuteront des défis communs auxquels sont confrontés les Canadiens pour atteindre cet objectif et de la manière dont la collaboration et l’innovation peuvent nous rapprocher de cet objectif.

Panélistes :

  • Eddy Isaacs, ancien PDG, Alberta Innovates – Energy & Environment Solutions
  • Oskar Sigvaldason, directeur, Conseil canadien de l’énergie

Réservez votre place!

Cet événement en ligne fournira un aperçu de la situation actuelle et se penchera sur comment réaliser cet objectif.

  • Date : 28 janvier 2021
  • Heure : 13h00 – 14h30 EST

Les vidéos du webinaire seront rendues publiques pour ceux qui ne peuvent y assister.

INSCRIVEZ-VOUS AUJOURD’HUI

GG reconnaît l’excellence des Fellows de l’ACG

Plusieurs Fellows de l’ACG ont été reconnus par la gouverneure générale en tant que nouvelles nominations au sein de l’Ordre du Canada. Ces nominations soulignent les réalisations exceptionnelles, le dévouement envers la communauté et le service à la nation.

Félicitations aux Fellows de l’ACG qui reçoivent ces prix prestigieux :

Membres (C.M.):

  • Cristina Amon – Pour sa contribution à l’avancement du domaine de l’ingénierie et à la recherche et à l’innovation au Canada.
  • Yves Beauchamp – Pour avoir joué un rôle prépondérant dans l’expansion de l’École de technologie supérieure et du Quartier de l’innovation de Montréal, et pour son dévouement à l’éducation postsecondaire.
  • Hoda ElMaraghy – Pour sa contribution dans le domaine du génie mécanique, notamment pour son travail dans le domaine des systèmes de fabrication de pointe au Canada et à l’étranger.
  • Jagmohan Humar – Pour sa contribution à l’ingénierie des structures, son engagement en faveur de l’éducation et ses longs états de service en tant que leader communautaire.
  • David P. Wilkinson – Pour sa contribution aux sciences et à l’ingénierie en électrochimie, en particulier pour ses progrès soutenus dans la mise au point de la technologie des piles à combustible.

Pour en savoir plus sur les récipiendaires et les prix, cliquez ici.

The Second Richard Marceau Energy Symposium and IEEE Electric Power and Energy Conference

Le 12 novembre de 13h05 à 16h00 HNR, le Bowman Centre for Sustainable Development et l’Académie Canadienne du génie vous invitent au Second Richard Marceau Energy Symposium en partenariat avec le IEEE Electric Power and Energy Conference (EPEC 2020). La conférence se tiendra officiellement à Edmonton bien qu’elle soit donnée virtuellement. Notre président, Yves Beauchamp, rendra hommage à Richard décédé en 2016 après avoir été élu à deux reprises président de l’Académie. Le symposium est gratuit et IEEE offre aux fellows de l’Académie un tarif réduit pour assister au reste de la conférence.

Inscrivez-vous en ligne au : https://epec2020.ieee.ca/registration/

Si vous êtes un fellow, veuillez contacter cae-admin@cae-acg.ca pour recevoir des informations sur la façon de vous inscrire à un tarif réduit.

Symposium sur la feuille de route pour les bâtiments résilients et à très basse énergie

Le vendredi 16 octobre à 10h30 HAE, l’Académie Canadienne du génie (ACG) vous invite en partenariat avec Le Centre d’études sur le bâtiment à consommation nulle d’énergie de l’Université Concordia au Symposium de la feuille de route pour un environnement bâti résilient et à très basse énergie avec une intégration en profondeur des énergies renouvelables. Ce webinar est la prochaine étape du plan annoncé par l’ACG d’élaborer une feuille de route canadienne pour les bâtiments résilients dans le but de réduire au moins 80% des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans les bâtiments neufs et existants ainsi que dans les infrastructures communautaires associées.

Veuillez cliquer ici pour l’agenda de la conférence.

Séminaire sur un corridor d’infrastructure dans le Nord

Le lundi 5 octobre à 13h HAE, l’Académie Canadienne du génie vous invite à un séminaire virtuel portant sur le concept d’un corridor d’infrastructure dans le Nord. Le conférencier principal sera John McDougall, FACG, co-fondateur de l’initiative citoyenne C2C2C et ancien président du Conseil national de recherches. Il parlera de l’élaboration d’un corridor d’infrastructure national en partenariat avec les dirigeants et communautés autochtones. Ceci sera suivi d’une table ronde animée par le Dr Axel Meisen, FACG; Réal Laporte, FACG, ancien président de la Société d’énergie de la Baie James (SEBJ) et d’Innovation Hydro-Québec; et Marshall Kern, président du Bowman Center for Sustainable Development.

En juin 2017, le Comité sénatorial permanent des banques du commerce du Gouvernement du Canada a publié un rapport intitulé Corridor national : Améliorer et faciliter le commerce et les échanges intérieurs. Ce rapport « demande la construction d’un corridor est-ouest qui traverserait les régions nordiques du Canada et engendrerait des opportunités économiques considérables ».

Le comité sénatorial a pris comme point de départ la proposition de corridor nordique dans un document publié par l’Université de Calgary en collaboration avec le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), qui a revu l’idée de l’aménagement d’un corridor proposé par Richard Rohmer à la conférence sur la mise en valeur du Canada médian à Thunder Bay en 1969.

Puisque nous sommes aujourd’hui confrontés à la nécessité de faire croître l’économie tout en effectuant une transition vers une économie verte et vers une cible zéro émission nette en partenariat avec les communautés autochtones; le concept de corridor d’infrastructure dans le Nord a un énorme potentiel d’édification de la Nation. Dans ce séminaire, John McDougall discutera des premières étapes pour atteindre cet objectif et le rôle que l’ingénierie jouera dans son succès.

Veuillez cliquer ici pour consulter les panélistes de la table ronde.

Le nombre de places est limité et une inscription est requise. Inscrivez-vous ici.

Journée internationale des femmes dans l’ingénierie 2020

Le 23 juin 2020, l’Académie Canadienne des Ingénieurs célébrera la Journée internationale des femmes en ingénierie (INWED) avec plusieurs professionnels et associations du monde entier. En tant qu’organisation, nous nous efforçons d’encourager le concept de l’ingénierie comme carrière pour tous, ainsi que de célébrer tout ce que les femmes on apporté au monde de l’ingénierie. Nous sommes honorés de nous tenir aux côtés des femmes qui font carrière dans l’ingénierie et qui continuent à #ShapeTheWorld. Pour comprendre comment nous contribuons à cette campagne, nous avons demandé aux membres de notre conseil d’administration d’expliquer ce que cette journée signifie pour eux.

Rejoignez-nous pour célébrer et poursuivre cette conversation sur notre page Twitter et notre page LinkedIn. Visitez le site web de la Journée internationale des femmes dans l’ingénierie pour plus d’informations. #INWED2020


Marc A. Rosen

« Pour moi, c’est aussi simple que A + B = C.

A: Les femmes peuvent être des ingénieurs fantastiques et beaucoup de femmes ingénieurs ont fait de grandes contributions d’ingénierie dans le passé.

B: Malgré des décennies d’efforts, les femmes restent sous-représentées dans l’ingénierie, privant la société de nombreux avantages et réalisations potentiels.

C: Nous avons besoin de plus de femmes en ingénierie, pour l’équité et pour profiter pleinement des avantages de l’ingénierie.« 

Yves Beauchamp – Président

“Cette journée nous rappelle que la parité homme-femme est loin d’être acquise et que nous devons sans cesse redoubler d’ardeur afin d’attirer et de maintenir le plus grand nombre possible de femmes au sein de la profession d’ingénieur.”

Heather Kennedy 

« Dans quelques mots, l’inclusion des femmes en ingénierie nous avons donné la liberté. La liberté d’utiliser tout nos idées, la liberté d’aider et de fournir pour nos familles, la liberté d’inventer, d’enseigner, d’apprendre, de diriger, d’avoir le pouvoir et de l’utiliser à bon escient et d’échapper à un rôle obligatoire qui n’a aucune incidence sur ses capacités ou ses désirs. La liberté de saisir l’égalité des chances et de les façonner à sa façon. En retour, je sais que pour la profession d’ingénieur, cela nous a tous rendus meilleurs et le monde un meilleur endroit. Avec tous les esprits brillants de la société travaillant sur les questions et les problèmes de notre époque, comment les solutions ne peuvent-elles pas être meilleures, plus opportunes et plus pertinentes? Avec toutes les perspectives disponibles, comment la direction ne peut-il pas être meilleur? L’ingénieur historique que j’admire le plus est Elsie McGill, l’une des nombreuses premières femmes ingénieurs à avoir apporté une contribution significative tout en s’occupant du côté personnel de sa profession. Le défi aujourd’hui est de continuer à créer des opportunités, d’éduquer que l’ingénierie est bien plus que des moteurs et des mines et que la direction reflète le succès d’une profession inclusive et intégrée. »

Reinhold Crotogino

« J’ai obtenu mon diplôme de l’Université de Colombie Britannique en 1996, avec un baccalauréat en sciences appliquées en génie chimique, avec près de 1000 autres diplômés en génie. Nous avons eu une camarade de classe remarquable, Marlene Gosling, qui a été la première femme à obtenir un diplôme d’ingénieur à l’Université de Colombie Britannique pendant plusieurs décennies. À une époque ou il y avait très peu de femmes ingénieurs au Canada et ou une grande partie de la société canadienne croyait que les femmes n’étaient pas correctement câblées pour ce choix de carrière, Marlene a donné à ses camarades de classe des informations précieuses sur les femmes en génie, que nous emportions avec nous tout au long de notre carrière professionnelle. Elle était tout aussi compétente que nous tous. Elle voulait juste être ingénieure, avoir une chance équitable d’exercer cette profession, être rémunérée de façon appropriée et avoir des opportunités d’avancement équitables. Surmontant de nombreux obstacles, elle a atteint ses objectifs avec une carrière d’ingénieur réussie pendant près de 50 ans. Elle était très respectée par ses collègues en tant qu’ingénieure et en tant que femme qui a affecté des changements positifs subtils dans l’atmosphère de travail où qu’elle aille. Malheureusement, Marlene est décédée en juin 2016, peu de temps avant notre 50e réunion de classe.

J’ai eu l’occasion de travailler avec de nombreuses femmes ingénieurs tout au long de ma carrière. J’ai vu les aspirations de Marlene reflétées dans la plupart d’entre elles. Ce n’est pas surprenant. Après tout, ce sont les aspirations de la plupart des ingénieurs, mais en tant qu’homme, je les tenais simplement pour acquis. Nous avons parcouru un long chemin vers une profession d’ingénieur plus équitable et non sexiste, en grande partie grâce aux exemples remarquables donnés par tant de femmes ingénieurs remarquables au cours des 50 dernières années. Les femmes sont encore sous-représentées dans notre profession. Je ne sais pas quelle devrait être la représentation appropriée. Nous ne le saurons pas avant que toutes les filles passant par notre système scolaire ne voient cela comme un choix de carrière légitime. Nous devons tous participer à la réalisation de cet objectif.« 

Nicole A. Poirier

« Les femmes représentent plus de la moitié de la population canadienne, mais sont nettement sous-représentées dans la profession d’ingénieur. Au Canada, environ 20% des étudiants en première année d’ingénierie sont des femmes, mais seulement environ 12% des ingénieurs titulaires d’un permis d’exercice sont des femmes. Un récent sondage révèle que la moitié des Canadiens ne peuvent nommer une femme ingénieur ou scientifique, malgré les nombreuses et importants contributions qu’elles ont apportées et continuent d’apporter. Je connais un grand nombre d’ingénieures exceptionnelles, mais en l’honneur de l’INWED2020 (Journée Internationale des Femmes en Ingénierie 2020, qui a lieu chaque année le 23 juin), je ne pouvais pas trouver mieux que Julie Payette, une éminente ingénieure et astronaute canadienne, désormais appelée Son Excellence la très honorable Julie Payette, gouverneur général et commandant en chef au Canada et au-delà.

En plus des 28 doctorats honorifiques qui lui ont été décernés, Payette est titulaire de diplômes d’ingénieur de l’Université McGill (licence en génie électrique) et de l’université de Toronto (maîtrise en sciences appliquées en génie informatique et peut converser en six langues. Elle a rejoint l’Agence Spatiale Canadienne (ASC) en 1992 en tant que membre du corps des astronautes canadiens, a effectué deux vols spatiaux, a passé plus de 25 jours dans l’espace, a été communicatrice de capsule au Centre de Contrôle de Mission de la NASA à Houston et, de 2000 à 2007, a été l’astronaute en chef de l’ASC. Elle détient également une licence de pilote commercial, a été investie de l’Ordre du Canada en 2010 et est chevalier de l’Ordre national du Québec.

En plus de ses nombreuses nominations au sein de sociétés et de conseils d’administration, le 13 juillet 2017, le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé que la reine Elizabeth II avait approuvé la nomination de Payette comme prochain gouverneur général du Canada, un rôle qu’elle assume toujours aujourd’hui. Sa devise personnelle, PER ASPERA AD ASTRA (Par la souffrance des étoiles), fait référence à sa croyance dans la capacité des gens de partout à réaliser leur potentiel et à faire des découvertes pour un monde meilleur grâce à la détermination, la coopération et un mode de vie sain.

C’est une devise des plus inspirantes pour tous, qu’ils soient ingénieurs ou non et hommes ou femmes. Toutes les personnes ont l’opportunité d’apporter leur contribution à la prospérité et au bien-être du Canada. Le parcours professionnel de Payette témoigne de l’idée qu’avec de la persévérance et de la détermination, aucun obstacle n’est insurmontable, même pour les femmes ingénieurs.« 

Raymond Gosine

« Lorsque je suis revenu du Royaume-Uni au Canada en 1992, j’ai accepté un poste universitaire au département de génie mécanique de l’université de la Colombie-Britannique. Le chef du département au moment de mon embauche et pendant mon séjour à l’university était Dr. Martha Salcudean. Martha, qui est décédée il y a environ un an, était une experte dans le domaine du transfert de chaleur et de la dynamique des fluides. Elle était une chef de département exceptionnelle et je crois qu’elle a été la première femme à occuper un tel poste au Canada.

La vie de Martha en Roumanie avant son arrivée au Canada est difficile à imaginer pour la plupart d’entre nous. Elle était une survivante de l’Holocauste qui a passé du temps dans un camp de concentration.

J’ai appris à connaître Martha comme une universitaire de classe mondiale et une dirigeante dans son domaine de recherche, une avocate infatigable de la recherche en Colombie-Britannique, au Canada et au-delà, et une innovatrice entreprenante. Elle m’a beaucoup appris sur la valeur des partenariats entre l’université, l’industrie et le gouvernement, et elle était très en avance sur son temps dans sa réflexion sur cet aspect de la vie dans une école d’ingénieurs. Ce qui est peut-être le plus important pour moi et beaucoup d’autres, c’est que Martha a été un merveilleux guide professionnel et personnel qui est resté un guide tout au long de ma carrière et qui s’est distingué de tous ceux pour qui j’ai eu l’occasion de travailler.

Sans jamais rechercher les honneurs ou la gloire, Martha a été reconnue pour ses contributions, notamment par plusieurs diplômes honorifiques et bourses, dont la FCAE. Martha incarnait le meilleur de l’ingénierie canadienne et le meilleur des êtres humains. Quand je pense à la contribution exceptionnelle des femmes à l’ingénierie, je pense à Martha. »

View all What's New articles